Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web.

×

Logo Arts de l'Islam
18 expositions 18 villes 20 nov. 2021 27 mars 2022
Retour liste

Qu'allez-vous voir à l'exposition de Limoges ?

L’exposition de Limoges bénéficie de trésors locaux quasiment inconnus. Le musée national de la Porcelaine Adrien Dubouché prête des œuvres admirables qui racontent de belles histoires autour des Arts de l’Islam.

La coupe aux décors verts et bleus évoque l’influence de la Chine dans la céramique iranienne dès les premiers siècles de l’Islam. La coupe aux incantations à vertu magique écrites en arabe est en réalité une production chinoise du XVIIIe siècle faite pour un marché moyen-oriental et la lampe de mosquée en verre émaillé est une production française du XIXe siècle imitant les lampes égyptiennes et syriennes des XIVe et XVe siècles.

Ce voyage paradoxal dans les influences culturelles continue avec le trésor de l’église d’Ambazac, unique au monde. Il s’agit d’une grande tunique ecclésiastique, à décor d’aigles affrontés, faite au XIIIe siècle dans un tissu de soie lamé d’or et d’argent qui provient des ateliers arabes d’Espagne. Ce voyage dans l’Espagne arabe et chrétienne se poursuit avec le prêt du Musée des Arts Décoratifs de Paris, d’une porte en bois d’une sacristie sculptée à la manière des portes des palais de Grenade ou de Cordoue.

Les oeuvres du musée du Louvre montrent d’une part le faste des objets en métal syrien et indien, et évoquent d'autre part le chiisme à travers une rare plaque en bronze permettant l’impression de papiers ou textiles talismaniques. Généreux prêt de la Bibliothèque Nationale de France, une page d’un coran égyptien provenant de Fustat, première capitale islamique avant la fondation du Caire, complète cette évocation des objets d’art religieux.

Enfin, les arts du textile sont hautement représentés par un tapis iranien exceptionnel évoquant les histoires du roi sassanide Bahram Gur, dans l’épopée du fameux Livre des Rois. L’œuvre textile suspendue de l’artiste libanaise Mounira Al Sohl proclame en lettres brodées arabes de chaque côté « le ciel » et « en écoutant », comme une interpellation à prêter attention aux situations tragiques des réfugiés syriens, qui la hantent depuis 2012.

Publié le Mardi 21 septembre 2021

Partenaires